Gab Paquet : la réincarnation québécoise d’Éros

Crédits photo: Marc-Antoine Morin

C’est sur les planches de la charmante salle du Cabaret Lion d’Or que le chanteur Gab Paquet a performé le 13 novembre dernier dans le cadre du festival Coup de cœur francophone. 

Vêtu·e·s de longues toges de soie pastel, ses musiciens et sa musicienne ont tour à tour fait leur entrée sous les applaudissements frénétiques de la foule. Pour concevoir un memento mori, une installation rappelant la vanité de la vie terrestre, ils ont posé un crâne, un collier de diamants et une couronne de fleurs sur une colonne grecque à l’avant-scène. Cette installation symbolique annonçait une soirée truculente pour le public, déjà impatient, qui acclamait le chanteur. 

Une bête de scène grivoise, mais polie 

Pour l’occasion, l’artiste s’était endimanché, arborant de nombreux costumes astucieusement choisis. Au menu : paillettes, cuir et diamants. Celui qui se définit comme une « sex machine » était sans équivoque venu pour séduire. À la recherche de son âme sœur dans la salle, le regard amoureux, Gab Paquet a suscité la jalousie de certains hommes, qui retenaient leur partenaire près d’eux.

La musique aux airs pop et aux paroles érotiques a su attirer une foule remarquablement diversifiée. Il a semblé difficile pour les membres de l’auditoire, tous âges confondus, de se retenir de danser au son des vers d’oreille brillamment interprétés. Par le biais de l’aveu de ses plaisirs « non coupables », selon ses dires, le grand séducteur a enchaîné les chansons de son album La force d’Éros paru le 12 février dernier – un album qui lui a d’ailleurs valu une nomination dans la catégorie du meilleur album pop au dernier Gala de l’ADISQ. 

Courtiser le lion

Après le rappel, les lumières se sont allumées alors que la musique du Cabaret Lion d’Or annonçait la fin du spectacle. L’auditoire, inassouvi, a scandé le nom du chanteur pendant plusieurs minutes. À la grande satisfaction de tous et de toutes, Gab Paquet est revenu sur scène pour interpréter Santa Barbara, une chanson d’amour d’une grande beauté dédiée à ses adeptes qui la chantaient à l’unisson. 

C’est avec le mullet ruisselant de sueur que l’artiste a quitté la scène, l’air fier, souhaitant à son public une vie sexuelle épanouie, mais surtout, une bonne soirée.

Florence Cantin

Auteur Florence Cantin

Plus d'articles de Florence Cantin

Laisser un commentaire