La santé mentale et l’UQAM

mental-illness-art-a3ce9bb6a9a7cdbc

Ça fait maintenant deux ans que je lutte contre les montagnes russes dans ma tête, que je me contrôle du mieux que je peux et que je fais taire mes scénarios catastrophiques.

Ça fait maintenant 6 mois que je suis de retour à l’école. 6 mois que je m’écoute, que je me passionne pour les communications et que je prends de nouvelles responsabilités.

J’ai un trouble de la personnalité limite (TPL), un trouble anxieux généralisé (TAG) et un trouble de l’attention avec prédominance d’hyperactivité et impulsivité (TDAH). Je suis étudiante à l’UQAM au certificat en communication et je compte faire mon baccalauréat en journalisme.

Une partie de ma tête est malade, moins qu’avant par contre. J’ai dû vivre pendant des années avec des sautes d’émotions intenses, de longues crises psychotiques, des épisodes d’automutilations et des épisodes suicidaires éprouvants.

Où suis-je maintenant? À l’Université. Et j’ai un travail. Je suis présentement libraire.

En entrant à l’Université, j’ai été énormément surprise de toute l’aide qui m’a été offerte. J’avais peur de ne pas être capable de gérer tout le stress lié aux études, aux remises de travaux, aux rencontres avec de nouvelles personnes et à la gestion d’un nouvel horaire! Toutefois, lorsque j’ai commencé ma première session, je suis allée au bureau du Service d’accueil et de soutien aux élèves en situation de handicap, situé au J-M870. Ce service sert aux personnes ayant un trouble de l’apprentissage, un déficit de l’attention et/ou d’hyperactivité, un trouble grave de santé mentale (troubles de l’humeur, troubles anxieux, troubles psychotiques…) et un trouble du spectre de l’autisme.

Pour commencer, il faut prendre un rendez-vous avec un(e) intervenant(e) afin d’évaluer nos besoin durant la session. Vous verrez que plusieurs aménagements s’offrent à vous! Le service permet, par exemple, d’offrir du soutien dans la demande de prêts et bourses. J’ai moi-même demandé de l’aide lors de mon inscription et je me suis rendue compte que je pouvais étudier à temps partiel… tout en étant considérée à temps plein! De plus, puisque j’ai un TDAH, le programme d’aide financière offre l’aide sous forme de bourses… seulement! Pourquoi? Parce que le TDAH est considéré comme une déficience organique, donc comme une déficience fonctionnelle majeure.

Il est aussi possible d’avoir accès à des aménagements pour la passation d’examen. Il suffit d’en parler avec votre conseiller(e)! Un laboratoire de technologies, plusieurs espaces de travail adaptés et plusieurs ateliers sont également accessibles. Enfin, j’ai accès à une salle de repos pour me calmer lorsque je ressens trop d’anxiété. C’est génial, non?

Donc oui! C’est possible d’aller à l’Université avec des troubles mentaux. Il ne suffit que de trouver les services disponibles et de les utiliser. Il faut également être motivé(e) et prêt(e) à faire le grand saut dans les études supérieures. Croyez-moi, je le sais à quel point ça demande du courage et de la volonté pour faire face à cette nouvelle expérience!

Coordonnées:

Service d’accueil et de soutien aux élèves en situation d’handicap
Adresse: 405, rue Sainte-Catherine Est, pavillon Judith Jasmin, local J-M870
Téléphone: 514-987-3148
Courriel: situation.handicap@uqam.ca
http://vie-etudiante.uqam.ca/etudiant-situation-handicap/nouvelles-ressources.html