La fin de la télévision traditionnelle?

tele

75.5 % des abonnés de Netflix croient que l’entreprise remplacera la télévision traditionnelle. Ces amateurs d’écoute en streaming auront-ils raison?

Le site web Allflicks, recensant les principales tendances sur Netflix, a demandé à 3000 abonnés du service leur opinion sur la question en 2016. Si le résultat peut sembler biaisé, car ceux qui utilisent uniquement le câble n’ont pas été interrogés, ceux qui font le premier pas vers ce nouveau service ne semblent pas vouloir reculer. La télévision traditionnelle serait-elle bientôt dépassée?

À partir de 9.99$ par mois, les abonnés ont accès à des milliers de films, d’émissions et de contenu original en HD et sans publicité. Le service permet d’adapter notre écoute selon nos besoins en plus de nous proposer du contenu qui correspond à nos préférences. Selon votre plan, vous pouvez même partager l’abonnement avec plusieurs personnes et en profiter sur plusieurs écrans simultanément. Tout cela est possible quand vous le voulez et où que vous soyez: c’est ce qui a tout changé.

Quels sont alors les avantages de la télévision traditionnelle? S’il y a une chose que Netflix n’a pas encore réalisée, c’est la diffusion d’émission ou d’événements en direct. Encore récemment, les gens se sont tournés vers la télévision traditionnelle pour regarder le Superbowl. Toutefois, si Netflix ne s’est pas adapté, il est tout de même possible d’écouter la télévision en direct sur d’autres plateformes en ligne.

De plus, alors que la télévision permettait d’enregistrer les émissions, il est maintenant possible de télécharger le contenu du service de streaming pour l’écouter hors ligne sur mobile. Le grand avantage de proposer du contenu en ligne est que Netflix est beaucoup plus conscient des préférences des internautes et peut ainsi se permettre de s’adapter bien plus rapidement. À cette vitesse, l’accès à la culture se limitera-t-il bientôt à un accès à internet?

 

Il est intéressant de voir que, concernant le cinéma, seulement 24.2 % des personnes sondées croient que Netflix pourra le remplacer, tandis que 67.6 % croient que cela ne pourra jamais arriver. En se fiant à ces résultats, il est possible d’estimer que ce n’est pas seulement l’accessibilité qui est un jeu, mais bien d’autres facteurs.

Les gens ne veulent plus de rendez-vous télévisuel à une date précise ou encore se limiter au contenu présenté à une certaine heure. Netflix, comme le cinéma, nous propose surtout le choix d’écouter ce que nous voulons quand nous le voulons, entraînant ainsi une panoplie d’amateurs de binge-watching (écoute en rafale). Alors que vous invitiez votre date au cinéma, ou que vous préfériez le Netflix and Chill, il est possible de présumer que l’important est surtout dans la multitude de choix qui vous sont offerts.

Qu’en est-il du Québec? Selon l’Observateur des technologies médias, 22 % des francophones du Canada sont abonnés à Netflix, contre 55 % qui sont abonnés aux câbles. Toutefois, cela ne correspond qu’à la moitié des abonnés canadiens (soit 44 %), notamment vu le contenu limité en français. Ils se rattrapent alors en étant 8 % d’abonnés au Club Illico et 4 % d’abonnés à ICI Tou.tv.

Même aux États-Unis, sur 95 millions abonnés au câble, seulement 615 000 se sont désabonnés de 2013 à 2015 selon le Leichtman Research Group. Alors que Netflix gagne rapidement en abonnés, en revendiquant 93.80 millions en fin décembre 2016, le câble en perd à un rythme bien plus lent.

De cette façon, la plupart de ceux qui s’abonnent à Netflix croient que cette plateforme d’écoute en streaming pourra remplacer la télévision traditionnelle. Toutefois, ces derniers restent en minorité, notamment au Québec, alors qu’encore plus de gens sont toujours abonnés au câble. Il semble donc tout à fait possible que l’écoute en ligne remplace un jour la télé, mais ce n’est pas encore pour bientôt.