Une famille iconoclaste Dernière partie : Mon paternel

Adolescent, mon père s’est posé, contrairement à ma mère, toutes ces questions existentielles qui nous permettent de parvenir à la connaissance de soi. Il souhaitait prendre le temps de se découvrir et de se comprendre tout en ayant une volonté d’être comme les autres. Plutôt curieux, ses pensées filtraient les possibilités qu’il pouvait être homosexuel ; une nature inconnue qu’il était prêt à découvrir. D’autre part, les femmes l’intéressaient. C’est pourquoi cette possibilité d’être bisexuel parsemait également ses pensées.

Toutefois, deux obstacles se présentaient à lui.

D’abord, l’entrave majeure qui freinait son besoin de s’affirmer était son propre père, puisque ce sujet tabou venait à l’encontre de ses valeurs. De ce fait, mon père s’imaginait les pires scénarios.

Il avait peur d’être jugé, d’être rejeté ou d’être abandonné par son paternel.
Il gardait alors ses pensées pour lui.

D’un autre côté, il voulait absolument avoir des enfants. Cela dit, il n’était point évident d’avoir des enfants ou d’adopter pour les homosexuels à l’époque, considérant que l’amour entre deux êtres du même sexe n’était pas complètement accepté par la société.

Malgré ces barrières, sa volonté d’avoir des enfants reste l’aspect définitif qui expliquait son orientation vers les femmes.

Après quelques années, à l’âge de 38 ans, mon père s’est remis en question. Il avait deux enfants, il était séparé et son ex avait changé d’orientation sexuelle. Ses pensées lors de son adolescence à propos de son orientation ont refait surface.

Il était enfin prêt à se définir son orientation différemment et à essayer avec les hommes.

Plus vieux et mature, il était simple pour lui d’annoncer ce changement d’orientation sexuel à ses proches. L’annoncer à son paternel a tout de même pris deux années.Néanmoins, l’acceptation de tous a rendu cette étape parfaite aux yeux de mon père.

Auparavant, mon père est resté en silence.
Les circonstances lui ont donné une deuxième chance.
Aujourd’hui, une nouvelle liberté s’empare de lui.

Il n’est jamais trop tard pour s’affirmer.
Il n’est jamais trop tard pour se découvrir.
Il n’est jamais trop tard pour vivre sa vie.

 

Laisser un commentaire