Aléatoire, le producteur amoureux

Crédits photo: Gaëlle Leroyer

Le producteur, musicien et chanteur montréalais Aléatoire a sorti, le 12 novembre dernier, son troisième album solo, Mémorial : une longue lettre d’amour – qui n’était d’abord pas destinée à voir le jour – dédiée à la femme de sa vie.  Il raconte au Culte ce qui l’a mené à mettre sa voix sur ses productions pour la première fois et à partager une partie si intime de lui-même. 

C’est à l’âge de onze ans que Charles-Alain Roy, de son vrai nom, entre en contact avec la guitare, cet instrument qui l’accompagnera longtemps dans de nombreux groupes punk, rock et métal. Au début de la vingtaine, l’artiste commence à s’intéresser à la musique électronique. Il décide alors de quitter ses bands pour se lancer dans la production de musique électro de manière autodidacte. 

Depuis le lancement de son projet solo, il a sorti deux albums instrumentaux, Failles dorsales (2012) et Pavillon (2014), en plus de produire des morceaux pour de multiples chanteuses et rappeurs. C’est en 2016 qu’il fait paraître Headrush, un monoplage créé en collaboration avec la chanteuse Claire Ridgely et qui fait le tour du monde grâce à ses apparitions dans diverses séries télé américaines telles que Scream, Charmed et The Fosters

À travers les années, le style d’Aléatoire change : il se raffine. L’ensemble de son œuvre laisse paraître un grand éventail d’influences musicales. Du indie rock psychédélique au R&B, en passant par le jazz et le rap, le producteur ratisse large pour s’ancrer dans un univers musical riche, diversifié et unique.

Après plusieurs années pendant lesquelles il crée un bon nombre de monoplages et de EP en collaboration avec d’autres artistes, le musicien se sent perdu, car il n’arrive pas à assembler un album qui se tienne : « J’avais fait plein de chansons avec plein de monde, je mettais ça ensemble, mais ça marchait pas, c’était pas cohérent », explique-t-il.

Il découvre plus tard que la réponse à toutes ses embûches se trouve déjà sous son nez : elle l’attend.

Fouiller dans son passé pour se retrouver

Cela fait maintenant sept ans que le producteur partage sa vie avec sa copine, et presque chaque année depuis le début de leur relation, il lui écrit des chansons d’amour. Contrairement aux morceaux qu’il partage avec le monde, ceux qu’il offre à sa compagne sont accompagnés de sa voix.

En 2020, il lui écrit Si jamais. Il a alors trente-quatre ans et, n’ayant encore jamais sorti de musique en tant que chanteur, il décide de se lancer. « Fuck it!, lâche-t-il en entretien. J’aime la toune. Je la sors en tant qu’Aléatoire, chanteur et producteur. […] Si c’est pas là, c’est jamais! »

Le morceau est très bien reçu par le public. Un déclic se produit alors dans la tête du musicien : il décide de puiser dans le répertoire de chansons qu’il a écrites pour sa douce afin de les mettre en commun. Après un an, tout est en place. Le 12 novembre 2021, il sort son troisième album, Mémorial, une longue lettre d’amour à celle qu’il appelle « la femme de [sa] vie ».

Comptant six chansons et six pièces instrumentales, toutes créées pour rester à jamais figées dans l’intimité du couple, l’album aux sonorités électro et indie pop dégage authenticité et vulnérabilité. Le chanteur se met à nu devant le monde en lui révélant sa voix pour la première fois et, selon ses dires, « ça fait peur ».

Mémorial, c’est la fin d’« un chapitre très important » de sa vie, confie-t-il : c’est la mémoire des sept dernières années partagées avec la femme dont il est amoureux.

Auteur Salomé Maari

Plus d'articles de Salomé Maari

Laisser un commentaire