Soirée intime avec Tremblay

ooooo

Crédit photo : Mathieu Pothier, Bible urbaine

Le comédien et auteur-compositeur-interprète (Maxime Desbiens-)Tremblay prouve, lors d’un concert présenté au Lion d’Or jeudi soir, qu’il appartient aussi bien à la scène qu’à l’écran. Il livre, accompagné de trois musiciens, un spectacle cozy et authentique, interprétant une sélection de chansons issues de ses deux albums rock aux sonorités  folk/pop Ça va ça va (2012) et Porcelaine (2015). 

La soirée, présentée dans le cadre du festival Coup de cœur francophonedébute sur un premier set plus « mollo ». Le public se laisse tout d’abord bercer par des ballades romantiques telles que « Saisons froides », « Number One » et « Parce que t’es là ». Les spectateurs reconnaissent l’émotive « Ça va ça va » dès les premières notes et unissent doucement leurs voix pour accompagner le chanteur, éclairé par un unique spot au centre de la scène.

Au retour de l’entracte, Tremblay offre une prestation plus énergique. Il s’empare de sa toute nouvelle guitare électrique (faite à la main à Québec, ce dont il n’est pas peu fier) pour présenter son dernier extrait radio, « À l’abri », une chanson mélancolique : Quand tout ce qu’on a à se dire sera dit, quand nos baisers seront moins goûteux / Quand on s’aimera par nostalgie, qu’est-ce qui restera de nous deux?

S’ensuivent des pièces plus rythmées comme « Porcelaine », « Marie Plastique » et « Sarah (avec un H) », entraînant clappements de mains et hochements de tête dynamiques dans la salle. Les spectateurs se lèvent même pour danser lorsque vient le succès « Aime/Pardonne », qui a tourné tout l’été sur les ondes radiophoniques.

Les chansons sont entrecoupées d’histoires croustillantes sur ce qui les a inspirées. Tounes de lendemain de veille, d’amitié, d’amour et de sexe ; l’auteur-compositeur-interprète partage des parcelles de sa vie avec le public, qui le suit allègrement dans ses aventures, même celles d’un soir.

Tremblay et ses musiciens offrent plusieurs interprétations feel-good et ensoleillées qui font oublier le froid de novembre. « On a ramené l’été le temps de 3 minutes et quart! », lance le chanteur à la blague après « Summer Love ». Un peu plus tard, la pièce « Comme en Californie » et une reprise de « Y fait chaud » du groupe Zébulon ont le même effet.

Un coup de cœur : la version revisitée de « Quand je parle de nous », un titre assez rock tiré du dernier album. Plus douce que l’originale, la variante live met le texte à l’avant-plan. J’en écrirai plus des chansons d’amour / Des refrains qui me tuent, j’en ai fait le tour…

90 minutes et près de 20 chansons plus tard, il ne fait aucun doute que la carrière musicale de Tremblay n’a rien à envier à sa carrière à la télévision. Manolo peut être fier de son interprète.

Anecdote : Plusieurs comédiens de Ramdam étaient présents au Lion d’Or pour encourager leur ancien collègue et ami, notamment Jason Roy-Léveillé, Mirianne Brûlé et Pierre Gendron. À quand leur réunion sur nos écrans?

Julie Levasseur

Auteur Julie Levasseur

Plus d'articles de Julie Levasseur

Laisser un commentaire