1ère soirée des Francouvertes : le concours commence en force

franco1
Éric Charland
Crédit photo : Marissa Groguhe

 

Nicolet, Éric Charland et Vincent Appelby ont brisé la glace de la 20e édition des Francouvertes avec des performances énergiques, lors du premier segment des préliminaires du concours lundi.

Comme le veut la formule toute spéciale du 20e anniversaire, c’est d’abord un ancien concurrent qui est monté sur scène pour une performance d’une quinzaine de minutes. Damien Robitaille, gagnant du concours en 2005, nous a présenté, accompagné de sa guitare acoustique, de nouvelles pièces, mais aussi la toute première chanson qu’il avait interprétée à la 9e édition des Francouvertes. Robitaille s’est ensuite joint au jury et le groupe Nicolet a pris la scène d’assaut.

Plus récent projet du musicien Étienne Hamel, le groupe tire son nom de la rue du quartier Hochelaga-Maisonneuve, dont traitent d’ailleurs plusieurs de leurs compositions.  Hamel a avoué à la foule que le quintet n’en était qu’à son «deux-troisième show», ce qui n’a presque pas paru. D’abord seul pour interpréter quelques balades rythmées, il a ensuite été joint par les autres membres de la formation, dont un saxophoniste et un trompettiste. Le public, agité, s’est immédiatement montré charmé par l’originalité de la musique du groupe et par la voix habile du chanteur. Nicolet a mis la barre haute non seulement pour les deux autres formations de la soirée, mais aussi pour tous les compétiteurs du concours.

Armé de sa guitare et parfois installé devant son piano pour quelques ballades, Éric Charland nous a quant à lui gratifié d’un son plutôt pop, aux touches folks. Celui qui a autoproduit son premier EP en 2014 s’est entouré d’un trio de musiciens. Ses compositions, teintées d’un son contemporain entraînant, ont plu. Charland s’est même mérité une ovation après un solo de piano impressionnant, témoignant de sa dextérité autant au clavier qu’à la guitare. Grâce à ses chansons d’amour à la fois mélancoliques, mélodiques et entraînantes, l’artiste a su convaincre la foule réunie au traditionnel Lion d’Or.

Le dernier candidat à se présenter sur scène était l’expérimenté Vincent Appelby, qui compte 10 années d’expérience en tant que guitariste accompagnateur. C’est toutefois en tant que musicien solo escorté par son band qu’il participe aux 20e Francouvertes. Son style «pop-rock vintage», électrisant et rythmé, inspiré du folk des années 70, n’avait rien à voir avec celui des formations précédentes. Vêtu d’une veste de denim et d’un bandana rouge noué  autour du cou, le musicien a captivé la foule jusqu’à 23h, grâce à une performance énergique entrecoupée de solos de guitare.

C’est pour l’instant Nicolet qui mène la course.