Une voix d’ange et des paroles de soie; voilà ce qui caractérise la musique de Geneviève Corrigan. Venant tout juste de célébrer son vingtième anniversaire, cette jeune artiste nous a offert, le 17 novembre dernier, son deuxième EP, un format musical plus court qu’un album, Dimanche désir, regroupant cinq chansons qu’elle a écrites et composées.

Tout est parti de l’été des 18 ans de Geneviève, l’été du premier désir essoufflant. Sont ensuite venues les chansons, la volonté de coucher sur papiers tous les sentiments, toutes les émotions ressenties pour les rendre plus claires, mais aussi pour pouvoir s’en souvenir. C’était un besoin d’écrire ces chansons, mais aussi presque une urgence. Geneviève savait qu’elle pourrait en faire un mini album.

Il faut dire qu’il ne s’agit pas de son premier projet. En mars 2016, Geneviève faisait paraître Crépuscule, son premier EP de trois chansons.  En novembre de la même année est aussi sorti Call It Crazy, son premier single. Ainsi, en s’engageant dans la réalisation de Dimanche désir, Geneviève savait ce à quoi elle allait faire face. En effet, ce projet a demandé beaucoup de travail. Depuis février 2017, Geneviève, avec l’aide de sa complice Marie-Hélène, se concentre sur ce deuxième opus, passant du temps en studio non seulement pour enregistrer, mais aussi pour peaufiner les arrangements musicaux.

Dimanche désir est un mini album qui fait du bien. Les paroles sont douces, mais criantes de vérité: il est évident qu’elles viennent du coeur. Comme le décrit elle-même Geneviève, c’est « un mélange de pop tout droit sorti des années 80 comprenant la vague du synthétiseur, le sel du ukulélé et les tapis de feuilles mortes de la guitare électrique ». On y décèle une grande sensibilité dans une poésie, certes un peu gênée, mais voulant toujours se propulser vers l’avant.  

La pièce Te sauver dans la foudre reste parmi les plus forte du EP. Le synthétiseur est utilisé à son plein potentiel sans pour autant prendre tout l’espace. La voix douce et cristalline de Geneviève vient chercher chez l’auditeur des émotions que peu d’artistes arrivent à faire ressortir. De manière très personnelle, Geneviève nous amène dans son monde sans pour autant nous y perdre. Les pièces Tu t’effaces I et II sont aussi de belles découvertes. Complémentaires sans se répéter, elles ont une partition particulière, soit celle d’une histoire et de sa suite. Les deux autres pièces du EP, The sea and you et Vanille, viennent conclure l’album avec brio. Sans s’éloigner du style de Geneviève, elles demeurent des pièces uniques.

En fin de compte, Dimanche désir, tout comme Geneviève Corrigan, est à découvrir. Il s’agit d’un EP à la fois doux et fort tout en restant authentique. Geneviève est une jeune artiste qui a encore beaucoup à découvrir, mais il est certain qu’en restant sur cette voie, ses prochains projets seront à couper le souffle.

Claudine Giroux

Auteur Claudine Giroux

Plus d'articles de Claudine Giroux

Laisser un commentaire