Nordicité / Meeting Point : Partie 1

Avez-vous déjà rêvé au Grand Nord, à cette contrée impénétrable, voire imaginaire, aux territoires inhabités constituant pour quiconque presque une légende, un fantasme où le soleil peut ne jamais se lever ou alors ne jamais se coucher?  En effet, le Nord reste encore pour nous, “sudistes”, un mirage ou même une sorte de songe que l’on ne saisira jamais totalement, à moins de s’y rendre. Ce sont ces préoccupations qui ont poussé José Babin, metteure en scène et directrice artistique du Théâtre Incliné, à se rendre dans le Nord pour y documenter son parcours et ses rencontres marquantes avec les gens qui y vivent. Le résultat: Nordicité, des pas sur le cercle, un projet créatif étalé sur une période de 5 ans, de 2015 à 2019, réalisé en collaboration avec des artistes provenant des pays nordiques. Le spectacle Nordicité, issu de ce grand tableau, sera présenté la semaine prochaine à la Maison de la culture Maisonneuve du 13 au 15 novembre.

José Babin a toujours été fascinée par le Nord, entité insaisissable, depuis son enfance. Petite, elle admirait les cartes géographiques en rêvant à ce territoire lointain. Selon elle, “on a tous ce mythe du blanc pur, on a tous un peu idée de cette liberté […]”. C’est en visitant Iqualuit, au Nunavut, que l’artiste est tombée sur une carte géographique où le nord et le sud étaient inversés et où l’on pouvait lire: “Our point of view”. Cette découverte a donc été le déclencheur qui lui a donné l’envie d’aller à la rencontre d’humains nordiques pour récolter leurs points de vue, complètement différents de ceux des grandes métropoles du Sud. Son projet a donc été de rencontrer, de partager et de vivre de nouvelles expériences, s’appuyant sur l’idée que le temps et l’espace se vivent autrement au Nord.

Pour créer ces rencontres, José Babin a demandé à un auteur des 8 pays circumpolaires d’écrire une nouvelle inspirée d’un questionnaire qu’elle a composé. Elle a ensuite capté ses conversations Skype avec les auteurs pour en faire de la matière artistique, comme expliqué dans le dossier de presse. On peut également y lire la phrase suivante:  “Ces rencontres physiques et virtuelles m’ont permis de prélever des “échantillons d’humanité” et d’entendre le point de vue des gens du nord.” Je ne pus m’empêcher de lui demander quels ont été les défis concernant la conservation de l’authenticité de ces témoignages, ce à quoi elle me répond que c’est au nord de la Norvège, alors qu’elle s’y trouvait en résidence, qu’elle a eu son premier choc. Elle m’explique : “J’allais dans le Nord, je vivais des choses, je goûtais des choses, et quand j’arrivais au Sud, mes mots pour le nommer étaient clichés.”.

« Un peu comme une photo qui ne rend jamais justice?”, je lui demande, ce à quoi elle acquiesce. Cette attention à l’authenticité de son récit l’a donc portée à “virer bout pour bout” son texte pour en faire une autofiction qu’elle qualifie d’oeuvre impressionniste, dans cette idée de saisir un moment éphémère, une impression.

Cela lui a permis de construire un spectacle en constante mouvance, en constante évolution. Pour elle, “ La banquise c’est un morceau de glace qui flotte, c’est en perpétuel changement. Demain cet endroit aura disparu.”. Bien sûr, elle évoque ici la question des changements climatiques. Évidemment, pour ces artistes nordiques dont le Nord fait partie intégrante de l’identité et rythme leur mode de vie, le réchauffement climatique, c’est une “peur qui est partout, c’est physique”. Cet aspect fait donc partie du spectacle, sous-tendant des expériences vécues par les personnes interrogées.

Pour compléter le spectacle Nordicité, José Babin a également décidé d’y ajouter une extension intitulée Meeting Point. Partant du principe que les sociétés du Sud fonctionnent sur des horaires effrénés, l’artiste a décidé de créer des rencontres artistiques entre des artistes du Sud et du Nord, un peu comme un blind date, afin de créer une zone de partage. Son objectif est ainsi de créer un espèce de “sas” entre le dehors et la salle de spectacle, amenant le public à se présenter avant le spectacle ainsi qu’à rester après celui-ci afin de voir les résultats de ces blind dates, qui prendront plusieurs formes artistiques. L’idée c’est de prendre son temps, de chiller, mentionne-t-elle en riant, de prendre un réel moment et de vivre une expérience.

Un spectacle à voir absolument !

Laisser un commentaire