Martin Petit : de l’humour tout feu tout flammes

Le mardi 15 octobre dernier, à l’Olympia de Montréal, a eu lieu la première du plus récent one-man-show de Martin Petit, à laquelle ont assisté en grand nombre médias, collègues et ami(e)s. Bien des choses ont changé en neuf ans, mais ce dernier est demeuré le même humoriste téméraire qui ne recule devant rien pour aborder des sujets brûlants qui ne font pas tout à fait l’unanimité. Si le titre de son tout dernier spectacle, Pyroman, ne nous l’indiquait pas déjà, Martin Petit n’est guère effrayé du feu : de la burqa au climat, aucune discorde ne lui échappe. 

Le public est rapidement témoin de l’engouement et l’enthousiasme de l’humoriste d’être de retour sur scène, lui qui ne s’était pas produit en spectacle depuis 2013 alors qu’il présentait Martin Petit et le micro de feu. Ce dernier ne prend que quelques instants pour savourer l’accueil chaleureux auquel il a droit avant de se propulser dans la foulée des débats actuels. De par son humour intrépide, les désaccords qui nous accablent semblent perdre toute la complexité que nous leur donnons. Certains seraient portés à croire que son opinion n’en est qu’une plus ou moins sérieuse parmi tant d’autres, mais le but premier du spectacle reste d’alimenter la discussion autour des sujets dont nous n’osons plus parler par crainte de se faire cribler de flèches.

Les propos de Martin Petit soulèvent d’ailleurs plusieurs questions, sans être lourdement existentielles, mais plutôt axées sur notre quotidien et les habitudes et conceptions que nous avons sans vraiment savoir d’où elles proviennent. C’est probablement ce qui est venu le plus chercher le public : ultimement, c’est de nous-mêmes que nous rions, et des fous rires coupables s’en dégagent.

Ainsi, l’humour incendiaire que nous livre l’acteur-réalisateur de la série québécoise Les pêcheurs prouve qu’il y a toujours place à des échanges reliés aux enjeux sociétaux qui peinent à nous mener vers un consensus.

Le nouveau spectacle de Martin Petit constitue tout de même un succès, malgré quelques embûches au moment de délivrer certains gags – faute de nervosité, peut-être, ou du fait qu’il souhaitait en inclure beaucoup en relativement peu de temps. Néanmoins, l’humoriste nous prouve à nouveau que rien ne l’effraie, pas même les flammes de la controverse. 

Laisser un commentaire