Loud met le feu au Club Soda

Après une épopée avec mon accréditation médiatique et avoir envisagé 56 milles options pour assister au spectacle, j’ai finalement réussi à assister au lancement du premier album solo de Loud, Une Année Record, (ma critique du projet juste ici), le 3 novembre dernier au Club Soda. Merci à toi bénévole inconnu qui m’a finalement permis d’entrer en annulant sa réservation au parfait moment.

Présenté à guichets fermé, le spectacle a su plaire aux fans connaissant déjà par cœur les paroles de toutes les chansons, et ce même si le spectacle était présenté à peine une semaine après la sortie de l’album.

Une foule endiablée a accueilli le rappeur, et ce dès les deux premières chansons, So Far So Good et Nouveaux riches. Après quelques autres chansons de l’album, Loud a présenté les tracks de son EP New Phone, sorti en avril dernier. Puis Lary Kidd, ancien acolyte du rappeur, est venu le rejoindre pour performer SWG ainsi que On My Life. L’auditoire a ensuite eu droit à un moment de nostalgie, alors que le duo a entonné Rien ne va plus, chanson phare de l’époque Loud Lary Ajust.

Loud a terminé son concert en rappant les dernières pistes de son album, puis est revenu sur scène en rappel pour chanter l’hymne 56K, son plus gros succès à ce jour (plus d’1,2 million de visionnements sur Youtube).

Tout au long du spectacle, des images provenant de vidéoclips du rappeur étaient projetés derrière lui, ainsi que des lauriers d’or à l’avant-scène, rappelant la couverture de l’album. Une mise en scène simple, mais efficace.

Chargé d’échauffer les spectateurs, le producteur/Dj Shash’U, a offert une performance énergique. Par contre, cette première partie fut trop longue, durant plus d’une heure. On a senti les spectateurs se lasser après quelques chansons de l’artiste, dont les sonorités trap et électroniques, ne cadrait pas avec le style de l’attraction principale.