Le court métrage dans la cour des grands

Faire briller le sud-ouest de Montréal et initier la relève cinématographique à l’univers du septième art : c’est ce qu’a promis le festival international du court métrage Longue vue sur le court lors du dévoilement de sa cinquième édition, le 16 avril.

« Quand j’étais jeune, il n’y avait presque aucun événement culturel dans mon arrondissement, a expliqué Benoit Desjardins, originaire du sud-ouest de Montréal et fondateur du festival. Quand j’ai eu mes filles, j’ai voulu les mettre en contact avec la culture.» Ce réalisateur de formation a voulu rendre la culture accessible à ceux qui vivent loin du centre-ville.

Pour la première fois depuis la première édition du festival en 2014, les organisateurs et le Carrefour jeunesse emploi du sud-ouest de Montréal ont organisé une journée carrière le 26 avril prochain afin de présenter les différents métiers touchant au domaine du cinéma. Des jeunes issus de divers milieux sont invités à venir discuter avec les différents artisans du domaine du cinéma afin de s’initier aux différents emplois du secteur. Cette initiative s’inscrit dans le désir de développement social de l’événement.

Longue vue sur le court offrira également un volet jeunesse en présentant des films issus de 13 pays.

Vitrine à l’international

Lors de sa première édition, en 2014, l’événement avait accueilli 1000 personnes alors qu’en 2018, il a attiré près de 2300 cinéphiles. « On espère accueillir 500 personnes lors de la soirée de lancement », a expliqué M. Desjardins, lors du dévoilement.

Sur près de 90 courts-métrages originaires de 16 pays, le Québec est bien représenté avec 50 films. 12 films seront d’ailleurs présentés par des réalisateurs qui en sont à leur première œuvre. « Le court métrage permet au public de découvrir une pluralité de propositions, ce que le long métrage ne permet pas », souligne Martin Dubreuil, comédien et porte-parole de l’événement.

Plusieurs talents prometteurs seront en lice pour charmer le jury composé de plusieurs grands noms du milieu. Le drame Une sœur de Delphine Girard, remarqué au Festival Regard, est dans les favoris cette année en plus du documentaire Rich in Bollywood de Nicolas Lévesque et de la comédie Tomatic, de Christophe Saber.

Il y aura également un volet Du court au long, qui permettra au public de discuter avec le réalisateur Rémi St-Michel et le scénariste Éric K. Boulianne lors des projections des longs métrages Petit Frère et Avant qu’on explose. De plus, M. Dubreuil sera présent lors de la soirée d’ouverture du festival pour discuter sur le rôle du comédien dans le passage du court métrage au long métrage lors de la diffusion À tous ceux qui ne me lisent pas de Yan Giroux, qui a reçu 12 nominations au gala Québec Cinéma. Le festival Longue vue sur le court aura lieu du 24 au 28 avril et la soirée d’ouverture aura lieu au théâtre Paradoxe.

Marie-Anne Audet

Auteur Marie-Anne Audet

Plus d'articles de Marie-Anne Audet

Laisser un commentaire