La Côte Est sans stress

L’amoureux de la moto Marc Poirel explore avec nous la Côte Est américaine dans son tout dernier film : De Montréal à Key West en moto.

Nostalgique de l’été de ses 15 ans, où il a eu un véritable coup de foudre pour la Côte Est américaine, le documentariste a voulu redécouvrir ces routes et paysages qui l’ont tant marqué. Il s’est toutefois donné une mission claire : éviter les autoroutes, qui sont selon lui « bien pratiques, mais tellement ennuyantes ».

Les arrêts présents sur la route sont extrêmement diversifiés, à l’image du pays de l’Oncle Sam. Le tourbillon incessant de New York précède les forêts quasi vierges des Appalaches, les plages bondées d’Atlantic City détonnent en comparaison aux mangroves floridiennes silencieuses qu’on visite en aéroglisseur.

Le motocycliste ne se contente pas de seulement montrer des scènes américaines mythiques, il tombe aussi dans la critique sociale. Par exemple, il note avec tristesse l’absence criante des premières nations au défilé de la fête nationale à Washington. Poirel aborde aussi le sujet délicat des tensions raciales dans le sud des États-Unis, notamment le cas de la fusillade perpétrée en 2015 par un suprématiste blanc dans une église de Charleston, en Caroline du Sud. « C’est un message clair que le tireur a envoyé aux Afro-Américains : vous ne serez nulle part à l’abri, même pas dans vos lieux de culte », explique le documentariste.

Celui qui en est à son sixième documentaire avec Les Grands Explorateurs prend de longues pauses durant sa narration. Le public s’imprègne entre autres d’images d’archives du festival Woodstock ou des premières courses automobiles tenues à Daytona Beach.

Le voyage se conclut par la visite de la demeure du célèbre nouvelliste américain Ernest Hemingway, à Key West. Une fin appropriée, les deux heures qu’ont duré la présentation ayant permis de s’imaginer vivre une vie de bohème, sur la route, tel l’auteur de Le ciel se lève aussi.

Le calendrier complet de Côte Est: De Montréal à Key West est disponible sur le site web des Grands Explorateurs 

 

Laisser un commentaire