Klô Pelgag et l’OSQ: l’impeccable tandem

       

Le Grand Théâtre de Québec a eu la chance, le 3 et 4 octobre, d’accueillir Klô Pelgag et l’Orchestre symphonique de Québec avec Nicolas Ellis comme chef invité, présentant dans son entièreté l’album L’Étoile Thoracique. Chloé Gagnon-Pelletier, de son vrai nom, nommée interprète féminine de l’année au Gala de l’ADISQ en 2018, revient en force à la suite d’une longue pause de la scène afin de clore en beauté la tournée de son dernier album. Voilà un coup de maître de la part de la chanteuse et de son équipe. 

Le concert débute, l’orchestre se réveille : on entre graduellement dans une ambiance sonore douce et rythmée, un univers particulièrement coloré. Klô Pelgag entre sur scène, sautillante et électrique dans sa robe verte et ses cheveux jaunes. Huit mois depuis sa dernière performance et pourtant, le tout se succède avec une fluidité des plus naturelles.

L’ensemble symphonique enchaîne les chansons, suivi du fidèle quatuor de la chanteuse ; Marianne Bertrand aux harmonies et au violoncelle, Pete Petelle à la batterie, François Zaïdan à la guitare ainsi que le déchaîné Étienne Dupré à la basse. Les musiciens s’accordent à merveille aux symphonies de l’orchestre, se mêlant tous à la voix cristalline de Chloé. Passant d’un solo d’ukulélé à la guitare électrique, empruntant un xylophone pour l’introduction Des mains d’Édelweiss, les instruments se multiplient et s’unissent en simultané : tout se coordonne et vogue sur les arrangements musicaux calculés de Mathieu Pelletier-Gagnon. 

Le concert s’entrelace d’anecdotes et de blagues et le public rit, crie, applaudit ; les pistes de L’Étoile Thoracique, accompagnées d’une vingtaine de violons et de cuivres, se font légères mais percutent tout autant. S’y ajoutent les jeux de lumière parfois subtils, parfois plus puissants, qui laissent la salle dans une douce noirceur. Le tout est chaleureux et la proximité de la chanteuse à son public est impressionnante, un peu comme une bande d’amis réunis pour un concert intime… La grandeur de l’orchestre et du concert n’a pourtant rien de banal. 

C’est avec une nouvelle chanson que le concert prend fin, tout en douceur. Il s’agit d’une pièce plus lente, jouée majoritairement au piano, qui nous donne un avant-goût du prochain album de la phénoménale Klô Pelgag. Le rythme lent et parfois nostalgique surprend, comme quoi son prochain chef-d’œuvre sera peut-être plus calme qu’à son habitude… L’artiste termine la soirée en beauté , saluant la foule puis remerciant avec charme son impressionnante équipe. L’audience est conquise. Il nous tarde de voir ce que la surdouée nous offrira comme prochain morceau.

Emma Brien-Desroches

Auteur Emma Brien-Desroches

Plus d'articles de Emma Brien-Desroches

Laisser un commentaire