Folk, mélancolie et douceur pour la deuxième soirée des préliminaires des Francouvertes

Le 25 février dernier, les artistes qui s’exécutaient lors de la deuxième soirée de préliminaires des Francouvertes 2019 ont délaissé le rap qui a marqué la soirée de lundi dernier pour se plonger dans des airs de folk doux et de rock ballant et plaintif. Anaïs Constantin, Simon Daniel et Foisy. ont tous les trois tenté de charmer le jury et le public ainsi que de s’assurer une place au palmarès des demi-finales.

Mais avant tout chose, c’est Keith Kouna qui a ouvert la soirée dans le cadre du segment « J’aime mes ex » dans lequel un ancien participant des Francouvertes vient « casser » une nouvelle chanson ou alors présente une version inédite d’un de ses morceaux. Celui qui a participé aux Francouvertes il y a plus de quinze ans avec son groupe les Goules est apparu sur scène avec sa dégaine habituelle. Il a interprété Berceuse de son album Bonsoir Shérif avant de dévoiler au public son alter ego Kid Kouna le temps d’une composition pour enfants. Le Lion d’Or fredonnait timidement Lichou, l’ami qui met toujours les autres dans l’embarras en collant sa langue partout. C’était presque cute. Keith Kouna a conclu sa prestation en reprenant de manière acoustique Coat de cuir, une chanson du groupe punk avec lequel il avait franchi les planches de la scène des Francouvertes en 2003.

Après cet interlude musical un brin nostalgique, c’est Anaïs Constantin qui a pris place dans une mise en scène minimaliste. Une guitare ténor baryton à la main, accompagnée de sa complice Émilie Proulx à la guitare sèche, elle a enchaîné les airs folks mélancoliques de sa voix douce et touchante. Elle qui a l’habitude d’accompagner des artistes sur scène – Groendland, Rosie Vallant, Maude Audet – a, lundi soir dernier, pris, à elle seule, toute la place. Entre ses apartés anecdotiques et humanistes, elle a su charmer le public et le jury. « C’est le fun, finalement, les Francouvertes ! » a-t-elle lancé avant d’entamer son dernier morceau.

Après des airs de folk doux, le Néo-Brunswickois Simon Daniel est venu envelopper le public du Lion d’Or d’un rock alternatif plaintif. Dans une performance plus rude que la précédente, Simon Daniel a su montrer l’étendue de ses talents en interprétant des morceaux plus vigoureux à la guitare, accompagné de ses cinq acolytes et d’autres pièces plus posées en solo devant une foule attentive. C’était la deuxième fois que Simon Daniel performait aux Francouvertes. N’ayant pas réussi à se classer pour les demi-finales en 2016, l’artiste de Moncton retente sa chance dans la 23e édition dans un genre différent, moins pop que lors de son dernier passage. Son plaisir et son aisance sur scène étaient remarquables, malgré une présence moins sentie et marquée entre ses compositions que les autres participants au concours.

Afin de clore la soirée, c’est le montréalais Foisy. qui est monté sur scène, décontracté comme nul autre et qui a interprété des morceaux alliant un rock envoûtant et un folk épuré, non sans rappeler le genre progressif de Mon Doux Saigneur. Ce sont ses apartés qui semblaient plus ou moins planifiés, mais attendrissants qu’il qualifie lui-même « d’interventions assez molos » et son air nonchalant qui ont assurément charmé le public.  

C’est néanmoins la première artiste de la soirée, Anaïs Constantin, qui est sortie avec les grands honneurs de cette deuxième ronde des préliminaires, avec la seconde place au classement provisoire, juste derrière le trio CE7TE LIFE formé de David Campana, Shotto Guapo et Major.

Palmarès après deux soirées de préliminaires :

  1. David Campana, Shotto Guapo et Major
  2. Anaïs Constantin
  3. Foisy.
  4. Marie-Gold
  5. Simon Daniel
  6. Miles Barnes
Maude Faucher

Auteur Maude Faucher

Plus d'articles de Maude Faucher

Laisser un commentaire