Débuter les festivités : M pour Montréal

La soirée d’ouverture du festival M pour Montréal s’est déroulée le 15 novembre dernier. Pour l’occasion, la petite salle de la Sala Rossa à Montréal a su accueillir 300 personnes dans une atmosphère bercée par le rire, l’alcool et l’exaltation. J’ai eu la chance d’assister à ce rassemblement de talents musicaux qui se sont succédés sur scène au courant de la soirée.

Crédit photo : Lina Heckenast

Men I Trust, qui a ouvert le bal dans une ambiance intime, a enivré le public par son aisance. Emportée par la douceur et la précision de leur musique de style Indie Jazz et électronique, la foule planait vers un monde serein, imperturbable. Ce trio, composé d’Emma, Dragos et Jessy, enivre la scène montréalaise depuis leur formation en 2014. La cohérence de leurs textes et la maturité de leur son les démarquent d’ailleurs de bien des groupes émergents de la culture montréalaise.

Le groupe a facilement su charmer la foule en l’espace d’une seule chanson. Nul besoin de vous dire qu’après trois, c’était l’euphorie dans la salle. Couette de travers et sourire en coin, la chanteuse Emma, accompagnée de ses deux acolytes, a livré les meilleurs succès du groupe avec une timidité attachante. Des fins connaisseurs aux simples curieux, tous ont acclamé Men I Trust haut et fort à leur sortie de scène.

Assise subtilement sur le coin de la scène depuis le début de la soirée, j’ai pu vibrer au son de la musique lorsque Aliocha a fait son entrée un peu plus tard. Le jeune chanteur, derrière son clavier ou guitare à la main, a transmis aux spectateurs sa joie contagieuse.

Crédit photo : Lina Heckenast

Ayant réalisé un de ses premiers spectacles au même festival un an auparavant, il est revenu en force cette année en offrant au public d’anciennes compositions en plus de surprendre la foule avec du nouveau matériel. Son style musical, sans trop se démarquer, rappelle des airs de pop auxquels s’ajoutent des touches folk rock qui tire vers la mélancolie. Ses chansons plutôt simplistes semblent limiter son épanouissement en tant qu’artiste. S’il ne prend pas vraiment de risque lors de la composition de ses chansons, il ne s’est certainement pas restreint sur scène et nous a offert une performance digne de mention.

Geoffroy qui avait l’honneur de clore cette soirée s’est rapidement imposé. Dès les premiers accords de Sleeping on My Own, la foule semblait comblée comme si elle attendait ce moment depuis le début de la soirée. L’aisance du chanteur et de ses musiciens a eu l’effet escompté, créant une proximité unique avec le public. Le jeune artiste compose dans l’électro-pop R&B, rappelant le style du populaire Chet Faker. L’inspiration pour son album Coastline, qu’il a livré cette soirée-là, lui provient de ses nombreux voyages. Il a d’ailleurs aisément réussi à nous transporter dans son monde, l’espace d’une petite heure.

Crédit photo : Lina Heckenast

Geoffroy en a d’ailleurs profité pour interpréter sa chanson Thirsty en collaboration avec Men I Trust et Sophia Bell, rappelant des airs quelque peu soul. Au final, l’artiste et son band, tous deux déchaînés, ont livré une performance rafraichissante et agitée qui donnait envie d’aller les rejoindre sur scène.

Cette soirée fut une grande réussite pour le festival M pour Montréal, dont le mandat est de mettre de l’avant la culture montréalaise émergente qui regorge de talents musicaux. La direction du festival a mis le paquet pour l’ouverture de la 11e édition, offrant une programmation unique et variée encore une fois cette année.

-30-

Laisser un commentaire