Constituons! : Ce que les élus négligent, le théâtre l’accomplit

Le Québec entretient un rapport houleux avec la question constitutionnelle : s’il n’a jamais adhéré à la Constitution canadienne, il ne s’est jamais doté d’une constitution qui lui soit propre. C’est dans un élan de réinvestissement de cet enjeu ayant été instigué à quelques reprises dans l’histoire récente du Québec en réaction aux déboires constitutionnels canadiens, mais n’ayant jamais vu le balbutiement d’un résultat que le metteur en scène, auteur et comédien Christian Lapointe a entrepris le projet colossal et fondamental de l’élaboration d’une constitution citoyenne québécoise dont il présente la démarche dans la pièce Constituons! sur les planches du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui en novembre.  En collaboration avec l’Institut du Nouveau Monde, qui œuvre dans la mobilisation de la participation citoyenne dans la vie démocratique, ainsi qu’une dizaine de théâtres québécois, le projet d’assemblée constituante citoyenne s’est amorcé en 2017, avec la sélection d’un groupe composé de 41 citoyens tirés au hasard, à parité hommes-femmes et représentatif de la population québécoise.

C’est avec beaucoup d’ambition que Constituons!, se réappropriant les fonctions politiques de l’art et le théâtre comme une agora publique, explore la question des droits citoyens dans l’objectif de définir des valeurs communes et des terrains d’entente qui transcendent les lignes de partis. Seul sur scène, c’est un Christian Lapointe humble et excentrique qui partage avec humour et avec un laxisme ironique la démarche qu’il a mené avec les 41 participants de l’assemblée constituante et une pléthore d’intervenants du milieu artistique et politique, de sa genèse à la publication de la Constitution québécoise. La mise en scène modeste mais inventive laisse toute la place à l’élaboration de la démarche constituante dans ses détails le plus pointus.

Dans l’idée de rendre intelligible son témoignage, Lapointe invite le public à se prêter à l’exercice de l’assemblée constituante : le malchanceux tiré au sort doit, en une minute et demie, se prononcer à brûle-pourpoint sur des valeurs fondamentales et des questions constitutionnelles, qu’il se surprend finalement à ne pas trouver évidentes du tout. Un drôle de malaise s’instaure, allégé par une séance au rythme effréné de vote à main levée sur les enjeux fondamentaux à propos desquels les membres constituants ont dû trouver consensus.

La scénographie conçue par Annick de La Bisonnière revêt des airs de bureaucratie amatrice, tout l’attirail du fonctionnaire moyen mis à profit comme un pied de nez aux critiques qui ont vu en ce processus « un gaspillage de l’argent des contribuables ». Ici, le moyen du bord est exploité à des fins fort ludiques, un bref topo historique par exemple vulgarisé par de ridicules figurines manipulées par Lapointe, la bouche pleine de beigne et de café Folgers. On ne lésine pas avec l’usage du multimédia qui, s’il dynamise la représentation, oblige toutefois une attention accrue du spectateur. Des informations défilent de toutes parts sur un écran de stores verticaux sur lequel on projette, notamment, des images du processus d’assemblée constituante ainsi que des images tournées par Lapointe à l’aide d’une petite caméra vidéo pendant la représentation.

Constituons! réserve à la question autochtone une attention toute particulière, qui va bien au-delà d’un souci de représentativité politiquement correcte. Elle témoigne d’une véritable prise de considération des enjeux territoriaux et culturels qui font l’objet de l’exposé fort instructif du conseiller stratégique innu Alexandre Bacon, présent en vidéo-conférence à la fin de la pièce.

Nul ne doutera de la nécessité politique de la pièce Constituons! dont la démarche a d’ailleurs fait mouche auprès de l’Assemblée nationale cet automne, une motion ayant été déposée pour qu’un projet de Constitution citoyenne québécoise voit le jour. Certes utile, cet exercice de théâtre documentaire n’en est pas un de didacticien, Christian Lapointe ayant su y insuffler un éclectisme et un humour qui lui sont propres, témoignage d’une démarche artistique incontestable. 

Juliette Gaudreault-Tremblay

Auteur Juliette Gaudreault-Tremblay

Plus d'articles de Juliette Gaudreault-Tremblay

Laisser un commentaire