Choses Sauvages II : un univers envoûtant

Crédits photo: Xavier Cyr

Alors que la scène musicale québécoise connaît un regain de vigueur, le groupe montréalais Choses Sauvages sort son deuxième album, Choses Sauvages II. Le quintette y présente douze chansons qui s’assemblent pour créer un monde sonore enivrant sous l’étiquette Audiogram.

Les membres du groupe, avec leur œuvre, proposent des chansons riches et groovy alliant plus d’un style musical. Félix Bélisle (voix, chant et claviers) évoque notamment, en entrevue avec Le Culte, des influences électroniques et new age. Explorant librement différents genres tout en laissant place à certains motifs, comme l’usage répété de synthétiseurs, Choses Sauvages réussit à mettre de l’avant des chansons intrigantes qui tiennent l’auditoire en haleine de par leur déploiement progressif.

Dès la première écoute, on sent d’ailleurs que les arrangements musicaux ont été méticuleusement construits. « C’est un disque qu’on voulait faire pour essayer de représenter le côté live de Choses Sauvages, qui est l’autre moitié de l’identité du band », explique Félix Bélisle, qui est d’avis que cette touche était moins présente dans le premier album, Choses Sauvages. Dans ce deuxième opus, le groupe parvient à offrir aux chansons un côté plus immersif. L’usage d’effets de loop provoque la sensation d’être aspiré par la musique tout en étant invité à lâcher prise, comme le quintette le ferait lors d’un concert. 

Créer cette atmosphère sonore stimulante, cependant, ne se fait pas instantanément : la moitié des chansons de l’album excède cinq minutes. Le chanteur principal défend ce choix : « On trouve que ça prend ce temps-là, raconter nos histoires. C’est le côté loopy qui vient servir la chanson », indique-t-il.

La primauté de la musique a aussi un impact sur les paroles. Bien que des thèmes intéressants sont abordés, comme la mythologie dans Conseil solaire  et  l’anxiété dans Chambre d’écho, on reste parfois sur notre faim lorsque la poésie n’égale pas la richesse de la musique. Félix Bélisle explique toutefois que le groupe compose systématiquement les textes après les arrangements sonores, ce qui peut expliquer l’importance secondaire accordée aux mots.

Dynamique et électrisant, Choses Sauvages II réussit à propulser l’auditoire dans une atmosphère sonore bâtie avec intentionnalité et précision, faisant de l’album un franc succès.

Choses Sauvages II est disponible sur toutes les plateformes dès le 15 octobre.

Simon Rheault-Hébert

Auteur Simon Rheault-Hébert

Plus d'articles de Simon Rheault-Hébert

Laisser un commentaire