La Chapelle accueille un spectacle plutôt non orthodoxe

(Crédit photo: Kevin Lee)

Hier, le spectacle Youngnesse occupait la scène du théâtre La Chapelle pour dénoncer des enjeux féministes dans la société.

À l’habitude, mes lundis soirs se déroulent comme suit: s’installer devant Netflix avec un bon café et du « comfort food ». Pourtant, lundi soir, je me suis plongé dans une atmosphère assez particulière en assistant au spectacle Youngesse de la troupe Projets hybris.

Effectivement, ces artistes ont mis le feu à la scène (quasiment littéralement) en présentant une réalisation théâtrale, musicale et contemporaine. Leur but: dénoncer les préjugés sociaux concernant les communautés queers et féministes. Une panoplie de chansons psychédéliques, de chorégraphies anarchistes et de diverses mises en scène ont dicté une réalisation plutôt spéciale.

Au départ, un groupe de musique s’est installé et s’est mis à jouer une mélodie. Par la suite, des danseurs sont apparus et se sont mis à exécuter des mouvements intenses sans ligne directrice. Simultanément,  la construction de différents objets a été de mise en avant-scène, notamment certains membres du corps humain comme la bouche et les yeux.

Dans le même ordre d’idées, l’équilibre de plateau démesuré venait rajouter un petit élément de surprise à la pièce, car le spectateur ne savait jamais à quoi s’attendre. Par ailleurs, à un certain moment durant la représentation, l’interaction avec la foule était de mise lorsque les comédiens ont construit une sorte de tente avec une toile de plastique.

À ce moment, les interprètes se sont mis à réciter des poèmes et des slams. Il s’agissait d’une belle participation avec la foule, ce qui l’a rapprochée du spectacle en tant que tel. Les thèmes exploités dans ce segment de la pièce étaient la liberté sexuelle et le «slut-shaming», désolé pour le mot. Ceux-ci étaient les concepts primaires de la réalisation. Ils ont été interprétés de diverses manières, à l’aide de la musique et  du théâtre par exemple.

Personnellement, j’ai trouvé le spectacle de Projet hybris unique. Je m’explique, parce que oui, il s’agissait d’un spectacle intéressant, en observant la diversité et la transition entre le théâtre et la musique, j’ai apprécié la distribution du récit. De plus, le fait que le metteur en scène ait décidé d’inclure des lectures dans l’oeuvre était bien agréable.

Pour tous ceux qui veulent un spectacle haut en couleur (littéralement), ainsi que des messages profonds face à la situation des queers et féministes, je recommande fortement ce spectacle de Projet hybris.