Ballast, des craquelins et un bon « Jam »

Le 24 novembre dernier, les groupes de musique Ballast, Cräckers and Jam ainsi que Jambori Jambora se sont regroupés au bar La Marche à côté sur Saint-Denis pour donner un spectacle tout simplement énergisant et très divertissant, le tout organisé par la boîte à musique Mandragore, dirigée par Renaud Paquette.

À 21h, l’emplacement commençait tranquillement à se remplir. Il était certain que les attentes en terme de performances étaient au rendez-vous. L’énergie dans la salle était à son comble alors que la technique, elle,  laissait à désirer. Effectivement, la calibration du son entre les musiciens était très difficile. Aussi, le manque de communication entre le premier groupe de musique de la soirée (Ballast) et le technicien, travaillant corps et âme pour le bon fonctionnement du spectacle, a retardé le début de celui-ci.

Une découverte surprenante

Après plus d’une heure et demie d’attente, les gens de Ballast ont été les premiers sur scène. C’est une foule d’environ 150 personnes que le groupe avait pour mandat de divertir, pour une durée de trente-cinq minutes. Cela dit, beaucoup d’amis et membres de la famille des fondateurs du groupe étaient présents pour les encourager. C’est avec beaucoup de passion et de bières que le groupe a joué leur musique, à la fois « Funk » et psychédélique. C’est en voyant le dévouement des partisans ainsi que l’atmosphère créée par les membres du groupe qu’on constate qu’il s’agissait d’une découverte pour plusieurs.

Prestation dynamique

Vestons hors de l’ordinaire, mélange d’instruments qui semble bizarre et beaucoup d’énergie: voici l’image que donnait Cräckers and Jam lorsque les membres ont embarqué sur scène. Avec une foule plus petite qu’à Ballast, les cinq membres du groupe se sont mis en marche pour quarante minutes. Au fur et à mesure de leur prestation, le bar se remplissait pour créer une ambiance désinvolte, mais amusante. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que les cinq membres du groupe ont présenté une composition qui leur était chère. D’ailleurs c’est avec ces cinq chansons que le groupe ont rempli leur quarante minutes pour faire place au dernier « band » de la soirée, Jambori Jambora. Une chose est sûre: la foule était maintenant gonflée à bloc.

Finir en beauté

Avec des chansons comme The Publics et Another Montreal Social Meltdown, les attentes envers le groupe, natif de Montréal, étaient très élevées, en plus d’avoir la tâche de terminer le spectacle en force. C’est ce qu’ils ont réussi à faire, alors que l’énergie était dans le tapis jusqu’à la dernière chanson. Avec leur musique engagée, Jambori Jambora ont donné un nouveau ton à la soirée en amenant une vague de curiosité. En mélangeant des styles différents dans leurs chansons, ils donnent une libre interprétation au public, ce qui diversifie l’expérience musicale.

Bref, le spectacle, mettant en vedette Ballast, Cräckers and Jam et Jambori Jambora, a définitivement valu la peine pour ceux qui voulaient découvrir de la nouvelle musique tout en étant dans une atmosphère libératrice.

Crédit photo: Mandragore