Afro-Beats X Rap Queb : M pour Montréal

Jeudi le 16 novembre, le festival M pour Montréal présentait, en collaboration avec SiriusXm, l’événement Franco M SiriusXM. Tous les profits de la soirée étaient versés au Garage à Musique de la fondation du Docteur Julien. Avant de plonger dans le programme de la soirée, permettez-moi une petite parenthèse. Situé dans Hochelaga-Maisonneuve, Le Garage à musique, premier centre de pédiatrie sociale, offre de l’aide à 820 jeunes à ce jour. L’idée, c’est de leur permettre de s’émanciper, grâce à la musique, pour éviter que leurs conditions de vie plus difficiles affectent leur développement. Je ne connaissais pas l’organisme avant de me rendre au spectacle, mais ça m’a fait du bien de me faire rappeler, bière à la main, que la musique, au-delà du divertissement, peut avoir un impact social majeur. Fin de la parenthèse.

La soirée commençait fort avec le charismatique auteur-compositeur-interprète afro-canadien Pierre Kwenders. Je n’ai pas peur de vous le dire : Pierre Kwenders est ma découverte de l’année 2017. Je suis tombée sous le charme de son deuxième album Makanda at the End of Space, the Beginning of Time. C’était donc un plaisir immense de le voir performer au Club Soda. Enchaînant des chansons de ses deux albums, Kwenders excelle dans l’art de nous faire bouger des hanches. Parmi mes highlights de la soirée ; Sexus Plexus Nexus, Woods of solitude, Popolipo et WTFU. Son habileté à mixer des rythmes africains et des beats du Old school rap en font un artiste unique dans le paysage musical québécois.

Suivant la prestation énergique de Kwenders, Lary Kidd se devait de garder la foule réchauffée ; une mission bien accomplie. Devant des fans excités, l’artiste a ouvert son spectacle avec des succès de son dernier album comme On my way et Contrôle. S’adressant plusieurs fois au public, le rappeur a su nous captiver du début à la fin. Sa performance généreuse m’a fait redécouvrir l’énergie brute de l’artiste. Lary Kidd nous réservait également quelques surprises, introduisant notamment du nouveau matériel. Même si Contrôle est un album plus sombre et cynique, le rappeur nous a plongés dans une atmosphère festive.

Suite à d’aussi impressionnantes prestations, Koriass avait la lourde tâche de clore la soirée. Sujet à de nombreuses rumeurs, j’étais un peu sceptique de voir cet artiste performer. Ayant annulé plusieurs concerts cet été, Koriass est monté sur scène devant des fans très excités de le voir. Enchaînant plusieurs succès de son dernier album Love suprême comme Légendaire ou Nulle part, Koriass semblait content de fouler les planches du Club Soda. Le rappeur a d’ailleurs souligné que c’était la dernière fois qu’il performait à Montréal avant la sortie de son prochain album. L’artiste a remercié plusieurs fois les gens d’être venu, peut-être même un peu trop… comme pour prouver quelque chose. Je repense par exemple au malaise de la foule lorsqu’il a interpellé un des chanteurs de Radio Radio qui était dans la salle pour le remercier de sa présence. Malgré tout, cela n’a pas empêché le rappeur de livrer un excellent spectacle à ses fans et de clore la soirée en beauté.

Sur une note plus editoriale : où étaient les femmes ? Aucune interprète, pas une musicienne ne s’est présentée sur scène durant tout le spectacle. À mon avis, c’est problématique. D’ailleurs, sur 4 jours de spectacles, la majorité des têtes d’affiche étaient masculines; Geoffroy, Peter Peter, Lary Kidd, Pierre Kwenders, Koriass, Rymz et j’en passe. Sans remettre en question le talent de personne, en 2017, selon moi, on peut et on doit faire mieux.

Malgré tout, le public a eu droit à un « maudit bon show » et le Garage à Musique a reçu des fonds très mérités.