Festival « Prends-ça court! » : 163 000$ en prix pour les artisans du court métrage québécois.

prendscacourt

Le film Oh What a Wonderful Feeling de François Jaros s’est mérité le grand prix MELS de 15 000$ en services techniques lors de la 14e édition du gala «Prends ça court!», présenté par les Rendez-vous du cinéma québécois à la Cinémathèque québécoise. L’oeuvre a aussi remporté 1000$ en argent pour le Prix Rodeo FX et sera diffusée à bord des vols d’Air Canada avec six autres films méritants.

Mutants d’Alexandre Dostie est également l’un des grands gagnants du gala ayant remporté 4 prix totalisant 3000$ en argent et 2500$ en location d’équipements. Le réalisateur s’est d’ailleurs fait remarquer durant la soirée par son énorme étonnement: «Fuck, ça pas rapport man! Recevoir 1000$ en argent par une boîte de prod, c’est comme gagner au gros lot» et ses messages crus remplis d’espoir envers la relève: «Pour ceux qui commencent à faire des films, demandez d’avoir le meilleur des meilleurs, vous l’aurez peut-être… Moi je l’ai eu!» faisant ici référence aux demandes de subventions.

La place de la femme dans le cinéma québécois a aussi fait partie des thèmes de la soirée. Lors de la remise du prix INIS, ses représentants ont voulu mentionner l’importante présence féminine dans nos films. Lors des trois dernières années, ce ne sont que des femmes qui ont remporté ce prix. La réalisatrice Ariane Louis-Seize en fait partie pour cette 14ième édition avec son film Peau Sauvage. Trois autres prix lui ont été remis totalisant 16 000$ en argent, services techniques et location d’équipements.

Le film Grimaces de Gabrielle Tougas-Fréchette et Ian Lagarde s’est également fait remarquer en remportant 6000$ en argent et en services techniques. En plus de ces récompenses, le film s’est fait acheté par Canal + et Air Canada.

Plus de 163 000$  en prix ont été attribués à plusieurs artisans du court métrage québécois lors de cette 14ième édition. Une trentaine de prix a été remis en argent, en services techniques et en location d’équipements. Le gala «Prends ça court!» a encore permis cette année aux courts métrages québécois de rayonner dans la place culturelle du Québec.

Marie-Ève Buisson

Auteur Marie-Ève Buisson

Plus d'articles de Marie-Ève Buisson

Laisser un commentaire