Anne Émond au pays de Nelly

nelly_affiche

Le film d’Anne Émond Nelly dresse le portrait de Nelly Arcan en s’inspirant librement de sa vie et de ses oeuvres. À travers cette production, il est possible de mieux connaître le fameux personnage de Nelly en présentant les différentes facettes de sa personnalité, c’est-à-dire, l’escorte, la vedette, l’auteure, l’amoureuse et l’âme en détresse.

 

Mylène Mackay est tout simplement excellente dans ce rôle-titre. Son jeu, touchant et intense est percutant. La puissance de Mackay et la trame sonore des Dear Criminals nous laissent sur une profonde mélancolie. L’ensemble du film donne envie de serrer dans ses bras cette femme fragile aux multiples facettes difficiles à démêler, mais dans laquelle le spectateur se retrouve par moment .

 

La réalisation est particulière, car la narration du film n’est pas linéaire. Le tout est divisé en plusieurs séquences de la vie de Nelly. Chacune représente plusieurs moments de sa vie mettant de l’avant les aspects de sa personnalité de façon non chronologique. Cela se voit grâce à ces différents styles (cheveux, vêtements) entre chaque époque de sa vie. Il ne s’agit pas là d’une simple biographie ni d’une adaptation cinématographique de ses livres, mais une quantité importante de passages des œuvres de l’écrivaine y sont cités hors champ.

 

Ce qui peut décevoir avec Nelly, c’est peut-être le mystère qui flotte toujours autour du mythe et la difficulté à tracer la ligne entre réalité et fiction. Le public ne doit pas s’attendre à une biographie ordinaire. De plus, la fin de l’oeuvre reste aussi floue que le suicide de l’écrivaine. Reste qu’il faut plusieurs minutes avant de reprendre contact avec la réalité une fois le générique terminé. Le film submerge son auditoire d’une souffrance fascinante, qu’il n’est pas habitué à côtoyer.
Finalement, Nelly reste à l’image de la femme : plein de poésie, de mystère, à la fois si sombre et pourtant d’une beauté incroyable. On sort de ce film rempli d’empathie pour cette grande tourmentée de notre génération à la fois si loin et si proche de nous. On voudrait tant la sauver de sa dérive ou l’enlacer, ne serait-ce que le temps d’un répit.

 

On te veut!
Article suivant

Auteur Naomie Gelper

Plus d'articles de Naomie Gelper

Laisser un commentaire